Desjardins
Cartulaire de Conques

État des domaines de l’abbaye de Conques

I. Rouergue

/lxxij/

§ 2. — Département de l’Aveyron (suite).

Canton d’Asprières. — Prieurés au xvie siècle: Saint-Martin et Saint-Jean de Claunhac.

Asprières. — Villa, donnée, en 966, par Frotard, clerc, no 330.

Les Arbres. — Eglise Notre-Dame et domaine, donnés, en 902, par Richarde, no 24.

Savignac. — Donné par Louis le Débonnaire, no 580.

Bouillac. — Villa, donnée par Pépin d’Aquitaine, no 581.

Foissac (dans la commune de), Bournac. — Villa, donnée aussi par Pépin d’Aquitaine, no 581. Il existe deux autres Bournac dans les communes de Livinhac, canton d’Aubin, et de Cassagnes-Comtaux, canton de Rignac.

/lxxiij/

Le Couderc. — Hugues Deusdet, au xiie siècle, donne huit deniers de Rodez sur le manse du Couderc, sa vie durant, et le manse après sa mort, no 275.

Loupiac (dans la commune de), Ceryesses. — Bernard d’Auberoque donne à l’abbaye son fils Bernard et lègue un manse, deux capmas et un clos, xie-xiie siècle, Doat 143, fo 257.

Saint-Julien-d’Empare (dans la commune de), Cenrau. — xie siècle, Hector, fils de Deusdet, et son frère Bernard, confirment la donation d’un manse, que leur mère Hectoria avait faite, pour la sépulture de leur père, no 315.

Filsac. — Donné par Pépin d’Aquitaine, si l’on peut traduire Fiscellum par Filsac, no 581.

Salles-Courbatiés (dans la commune de), Claunhac. — Agilenus et son frère Audouin donnent, en 956, l’église de Saint-Martin et Saint-Jean et la villa de Claunhac, no 25. — Sous le roi Robert, Bégon et ses frères donnent un manse et un capmas, à Claunhac, et un manse, à La Conque, commune de Pruines, canton de Marcillac, no 164. — Bernard Aicfredus donne, sous l’abbé Odolric, tout ce qu’il possédait en revenus et en propriétés à Claunhac, no 26. — Deusdet Térondel, de 1087 à 1107, donne son fils Pierre à Pierre Arnaud, moine, pour qu’il soit élevé jusqu’à l’âge de dix ans, moyennant l’abandon d’un setier sur chaque muid dans cinq condamines, et de la propriété d’une des condamines après les dix ans écoulés, no 500. — Bernard engage la sergenterie de Claunhac pour 100 sous, xiie siècle, no 499. — L’abbaye devait avoir à Claunhac une grange considérable. Un rôle de redevances à prélever sur un grand nombre de localités du Rouergue et du Quercy contient fréquemment cette mention: à porter à Claunhac (no 87).

Salvagnac-Saint-Loup. — Louis le Débonnaire donna le domaine de Salvagnac, no 580. — Pépin d’Aquitaine y ajouta une église, à Columbangas, avec deux autres sous les vocables de saint Étienne et de saint Loup. Il s’agit probablement de la paroisse de Saint-Loup et des localités actuelles de La Capelle et /lxxiv/ des Combalous, no 581. — Sous l’abbé Odolric, Ingelbert Bonius donna une vigne, dans la paroisse de Saint-Loup, no 334.

Sonnac (dans la commune de), Le Cayrou. — Manse et vigne; donateur: Quilemnus, à la fin du xe siècle, no 126.

La Gaillourdie. — Hugues, évêque de Rodez, donne, en 1179, un hôpital situé dans le manse de La Gaillourdie, sur la route de Roc-Amadour, no 574.

La Soularie. — Vignes, données, de 1061 à 1065, par Arnaud et Hugues, son frère, no 267.

Canton de Bozouls. — Prieuré au xvie siècle: Sainte-Foi de Trébosc.

Bozouls. — Faut-il voir Bozouls dans le manse de Bolzols, donné, au xie siècle, par Aldegerius, dans la villa de Venriagus, qui pourrait être alors La Veyrie, commune de Rodelle? Sinon, je ne sais où placer ces deux localités, no 310.

Barriac et Vaissettes. — Pons, abbé d’un monastère qui n’est pas nommé, donne, de 955 à 985, quatre manses, à Vaissettes, et six manses, dans deux lieux dits Barriac, no 189.

Gaillac. — Abon, neveu de Benjamin, donne, en 964, deux manses, à Gaillac, et un, à La Bessière, commune de Rodelle ou de Gabriac, no 226.

Seveyrac. — Ardingus donne, en 914, quatre manses, à Seveyrac, un, à Crespiac, trois, à Barriac. Ardingus les conservera, sa vie durant, ainsi que son fils, en faisant annuellement aux moines trois charités, no 220.

Sous le règne de Robert, Rigaud donne un manse, à Floirac, commune d’Onet-le-Château, un autre, à Barriac, commune de Bozouls. Il en réserve pour lui l’usufruit, sa vie durant, et pour son frère Guillaume la faculté de les racheter moyennant 200 sous. Il y ajoute des terres dites limagnes, au lieu de Bargas, dont il est difficile de déterminer la situation, no 197. — Le no 300 est le testament du même Rigaud, qui renouvelle la donation ci-dessus et partage le reste de ses propriétés entre ses parents et amis.

/lxxv/

Rodelle (dans la commune de), Maymac. — Manse donné, sous Henri Ier, par Pierre, no 219.

Mayrinhac. — Manse, donné, à la fin du xe siècle, par Eudes, no 140.

Montrozier (dans la commune de), Trébosc. — Église, donnée, avec neuf manses et huit apendaries, en 1051, par Hugues, comte de Rouergue, et sa mère Richarde, no 8. — A la même époque, Bérenger et sa femme Stéphanie, qui possédaient un fief de l’église, tenu par le prêtre Étienne, en font l’abandon, no 9. — Le no 456 contient un état des revenus de l’église de Trébosc. — Il paraît que les possesseurs de la viguerie de Marcillac y prétendaient un droit, qui est l’objet d’une sentence d’arbitrage, insérée sous le no 566, en langue romane, fin du xiie siècle.

Canton de Campagnac. — Prieurés au xvie siècle: Campagnac, annexe de Perse, et Saint-Jean de La Roque-Valzergues. — Cure: Saint-Saturnin.

Campagnac. — L’abbé Odolric et Bertrand, prieur, donnent à Aldebert le Sarrasin la viguerie et un manse de Petra, disparu, et reçoivent en échange une maison, la dîme, le quart et le droit d’albergue, à Campagnac, no 188. — Plus tard, Rainaud le Sarrasin rend cette viguerie avec d’autres droits, moyennant certains avantages, non spécifiés en détail, pour son fils, no 187.

Saint-Saturnin. — Begon de Calmont et sa femme Florence donnent, de 1099 à 1107, l’église de Saint-Saturnin et la chapelle du château de La Roque-Valzergues, no 556.

Canton de Cassagnes-Begonhès. — Prieuré au xvie siècle: Notre-Dame d’Aures, commune d’Arvieu.

Calmont (dans la commune de), Malecan. — 937-954, manse et capmas; donateurs: Begon et Austorgius, no 406.

Saint-Juliette. — Église et dépendances, xie-xiie siècle; /lxxvj/ donateurs: Bernard Hugues et consorts. La charte, incomplète, est en latin mêlé de roman, no 563.

Canton d’Espallon. — Prieuré au xviesiècle: Saint-Sauveur de Perses. Ce prieuré avait deux annexes: Campagnac et Trélans, cette dernière dans le diocèse de Mende. — Cure: Flaujac, dépendant du prieuré de Coubisou.

Espalion. — Bernard, fils de Laigarde, donne, sous Robert, huit manses, à Espalion, deux, au Pouget, trois, à Cantaloube, commune de Prades d’Aubrac, etc., no 138.

Perses. — Hugues de Calmont, en 1060, donne le monastère de Perses, avec le tonlieu du pont d’Espalion et divers droits sur des localités dont les noms sont traduits à la table générale, no 572. Il résulte de cette pièce que Perses était un centre d’habitation important et ancien; un des quartiers de cette petite ville y est appelé le vieux bourg, in burgo vetulo de Persia. Aujourd’hui la vie s’est retirée de Perses pour se concentrer autour du pont dont il vient d’être question. De Perses, il ne reste qu’une église isolée, remontant aux premières années du xie siècle et fort curieuse. M. Mérimée en a publié une description détaillée dans les Notes d’un voyage en Auvergne.

Gabriac (dans la commune de), Le Jalous. — Vers 1019, aleu, composé sans doute de plusieurs manses, acheté à Grimard et consorts, no 209.

Canton de La Guiole. — La Guiole (dans la commune de), Falgayrolles. — Sous Henri Ier, Deusdet donne un manse, à Falgayrolles, qui était alors dans la paroisse de Cassuèjouls, no 273.

Canton de Laissac. — Prieuré au xviesiècle: Sainte-Foi de Coussergues.

Coussergues (dans la commune de), Versièges. — Austorge, fils d’Amblard, donne, au xie siècle, un manse, à Barciangas, qui est peut-être Versièges, no 282.

/lxxvij/

Séverac-l’Église. — Richard, vicomte de Millau, donne la moitié de l’église et une villa de Puditio, qui a disparu, no 30.

Il existait, dans la vicairie de Laissac, une villa de Mascles, qui a disparu. Elle fut donnée, de 1060 à 1065, par Nichilfora et sa femme Bèrengère, à condition qu’ils seraient enterrés dans l’église Sainte-Foi de Trébosc, no 455.

Canton de Millau. — Millau. — Le no 16 qui concerne l’église de Salars contient donation, par Hugues, vicomte de Millau, à la fin du xie siècle, d’une part du droit de péage de Millau et d’un homme, avec les maisons qu’il tient et le service qu’il doit.

Saint-Martin du Larzac. — 801, Leutade donne le domaine de Pris avec le donjon qui servait de refuge en cas d’attaque, no 1. — L’église, sous le vocable de saint Martin, fut cédée, l’an 1100, par Pierre Virgile et son frère Raimond, avec des manses à La Rouquette, commune de Vézins, à La Ville, commune de Sègur, et au Cayrou, peut-être commune de Flavin, pour 400 sous de Maguelonne, no 469. Saint-Martin fut, au commencement du xve siècle, uni au chapitre de Rodez1.

Canton de Montbazens. — Galgan (dans la commune de), Le Pouget. — Manse, donné, de 1065 à 1087, par Stéphanie, femme de Frotard de Conques, no 451.

Maleville. — Église, donnée, de 1087 à 1107, par Raimon Odolric de Maleville, no 444. — 1099-1144, Étienne de Maleville exempte de sa juridiction le territoire qui environne l’église à une distance de 30 pas, et donne le manse du Cassan, commune de Privezac, et des terres, à La Vernhole, commune de La Bastide-l’Évêque, no 560. — xiie siècle, Hugues de La Roque donne /lxxviij/ le manse du Cassan et la dîme de Mauron et de Maleville, no 551.

Mauron. — 962, Frotard, clerc, donne la villa de Mauron, composée de douze manses, plus un manse, à Lestrap, un, à Blosse Monte, disparu, un, à Tinteynau, commune de Rignac, un, au Pouget, commune de Galgan, un, à Mazières, commune de La Capelle-Bleys. Il se réserve l’usufruit, sa vie durant, no 85.

Privezac (dans la commune de), Montagnac. — Dîme, donnée, au xiie siècle, par Hugues de Labro, commune de Lugan, pour qu’on le reçoive moine, ou un de ses fils à sa place, Doat 143, fo 258.

Roussennac. — Église, donnée par Louis le Débonnaire, no 580.

Valzergues (dans la commune de), Mespoulières. — 963, Sénégonde donne quatre manses et une apendarie, l’usufruit réservé sa vie durant, no 151.

Vaureilles. — Testament d’Odalric, au xe siècle: il distribue ses propriétés à ses parents et amis et donne à l’abbaye le manse du Cayrou et un bois, à La Pradelle, commune de Rignac, no 370.

Canton de Mur-de-Barrez. — Prieurés au xvie siècle: Saint-Martin d’Albinbac, Sainte-Geneviève de Bars, Saint-Saturnin de Brommat, Saint-Martin de Bromme et Saint-Biaise de Valon.

Mur-de-Barrez. — Deux chartes, datées toutes deux d’octobre 984, contiennent donation de deux manses différents par Matfredus. Dans le no 259, il est dit clerc; dans l’autre, no 332, cette qualité n’est pas indiquée. S’agit-il de deux personnages ou d’un seul?

Bromme. — Manses, donnés, au commencement du xie siècle, par Bernard et sa femme Ermengarde, no 40; par le prêtre Deusdet, qui tenait sa propriété de la libéralité de Girbert, vicomte de Carlat, no 41; par Agnès, veuve de Girbert, vicomte de Carlat, no 384. — Sous l’abbé Odolric, Austorgius de Maur- /lxxix/ sérias donne le manse de Majaneg, no 361. — Au xiie siècle, Hugues, comte de Rodez, préside à un accord pour le partage des droits entre le viguier de Bromme et le prieur d’Orlhaguet, no 491.

Marcillac. — Villa, vendue à l’abbé Odolric par Géraud de Bruisago, peut-être Broussiés, commune de Brommat, pour 130 sous de Rodez, no 256.

La Vaysse. — 919, manse; donateurs: Odda et son fils Raymond, no 322.

Brommat. — Église avec ses dépendances, donnée, de 1065 à 1087, par Aimoin, Pétronille, sa femme, et Bonpar, leur fils, no 42.

Albinhac. — Église de Saint-Martin avec ses dépendances, donnée, de 955 à 986, par Ava, qui se réserve l’usufruit sa vie durant, n09 35 et 36. — Albinhac fut uni à la mense abbatiale en 1436, Doat 144, fo 203.

La Roquette. — Étienne de Vigoureux donne, de 1031 à 1065, pour la dot de l’un de ses fils, soit Boniface, soit Godefroy, que le monastère devra recevoir moine, la villa de La Roquette. S’ils meurent tous deux, la propriété restera à l’abbaye, no 133.

Rueyre. — Guillaume de La Guiole rend hommage pour le manse de Telhet, disparu, dans la paroisse de Rueyre, 1309, Doat 144, fo 108.

Sinhalac. — 1087-1107, Pierre de Mels et ses frères abandonnent tous les droits qu’ils tenaient du vicomte de Carlat sur l’église et ses dépendances, no 545.

Lacroix (dans la commune de), Bars. — Le prieuré de Bars fut uni à la mense abbatiale en 1311, Doat 144, fo 73.

Valon. — Le cartulaire ne cite pas le nom de ce prieuré.

Taussac (dans la commune de), Le Cros. — 964, quatre manses et une apendarie, donnés par Bernard, à condition que Bergaudus, sa vie durant, les aura dans son obédience et en touchera les revenus pour la mense conventuelle, no 434.

/lxxx/

Thérondels (dans la commune de), Frons. — L’abbaye possédait cette villa dès le ixe siècle, car en 906, l’abbé Raoul la donne en prestaire à Gauzbert, Uldegarde, sa femme, et Rodac, leur fils, qui en toucheront le revenu leur vie durant, y compris quatre livres de cire dues par le prieuré de Saint-Martin de Vigouroux, no 321. — 955-986, Matfredus, clerc, sans doute le donateur d’un manse à Mur-de-Barrez, cité plus haut, donne un manse, à Frons, no 341. — En 906, Frons est placé dans la vicairie de Barrez, in pago Rutenico, no 321, et sous Lothaire dans le ministerium de Carlat, in pago Arvernico, no 341. — A la fin du xe siècle, Bernard et ses fils avaient usurpé la moitié de la villa, dont la propriété fut reconnue à l’abbaye par sentence de la justice de l’abbé, no 155.

C’est sans doute dans le canton actuel de Mur-de-Barrez qu’était placé le manse de Illos Ermos, donné, en 916, par Sulpice et Teudburge, sa femme. D’après la charte no 262, il aurait été à la fois in pago Rutenico et dans le ministerium de Carlat.

Canton de Naucelle. — Centrès (dans la commune de), Montairat. — Aleu, vendu, de 997 à 1031, par Guillaume, no 263.

Saint-Just (dans la commune de), La Fabrie. — Mention de la donation au xiie siècle, par Pierre Eudes, d’une pièce de terre et d’un cens, no 568.

Castelpers. — Le chapitre XII du Livre des Miracles, Ed. Bouillet I, 33 édition du P. Labbe, contient une description très-curieuse du château de Castelpers, possédé alors par Amblard, du pays environnant, du climat, etc.

Canton de Peyreleau. — Veyreau (dans la commune de), Bré. — Vignes, vendues par Hugues, de 996 à 1004, pour 110 sous de Limoges, no 397.

/lxxxj/

Canton de Pont-de-Salars. — Prieuré au xviesiècle: Sainte-Foi de Prades.

Pont-de-Salars et Arques. — 1070-1087, Hugues, vicomte de Gévaudan et de Millau, donne les églises de Saint-Martin de Salars et de Notre-Dame d’Arqués, avec vingt manses situés entre Salars et Millau, plus des droits sur le marché de Millau et un serf dans cette ville, no 16.

Flavin (dans la commune de), Hamarus. — Raimond Jean donne, en 1075, après sa mort, s’il n’a pas d’enfants, les droits qu’il possède dans le ressort du château de Hamarus. Sa vie durant, il paiera à l’abbaye trois marcs d’or, et ses enfants après lui, s’il en a, feront de même, no 221.

Prades. — 1032-1059, Étienne, sa femme Richarde et ses neveux, donnent la vieille église, le marché, le fief ecclésiastique, c’est-à-dire les droits de sépulture, de baptême, de pénitence et d’offrande, l’usufruit étant réservé à Rigaud, prêtre, nos 461, 10, 11 et 12. Ces quatre chartes présentent toutes des variantes. L’une d’elles, le no 10, contient en outre la donation du manse de La Garrigue, commune de Flavin. — 1108-1137, Hector de Camboulas et consorts consentent à l’établissement d’une sauveté à Prades, no 544, charte en langue romane.

Courbines. — Vigne, donnée, au xe siècle, par Evrard et sa femme Ava, qui s’en réservent l’usufruit, leur vie durant, no 418.

Canton de Rieupeyroux. — Prieuré au xvie siècle: Saint-Martin dé Prévinquières. Le prieur de Prévinquières est nommé seulement dans un rôle de la paneterie du xiie siècle. Il devait six setiers et une mine de grain, no 564.

Canton de Saint-Amans. — Prieuré au xiie siècle: Saint-Clair de Campouriez.

Campouriez. — Gérard donne la villa de La Vernhe et des vignes, à Bezombe et à Isagues, commune de Montézic, à son /lxxxij/ fils Gislandus et, si ce dernier meurt, à Austrin, à la condition que, dans les deux ans qui suivront sa mort, 300 sous seront payés par égales parts aux églises de Conques, de Notre-Dame de Rodez et de Saint-Amans de Rodez. Si cette clause n’était pas exécutée, ces trois églises se partageraient les susdites propriétés, no 192.

Florentin (dans la commune de), Les Oules. — Manse, donné, sous Robert, par Eudes et Adalsaz, sa femme, no 385. Il y a aussi un hameau nommé Les Oules dans la commune de Loupiac, canton d’Asprières.

Passelac. — Bertrand Bonpar, sous Henri I, donne un manse à la condition que Géraud, moine préposé au prieuré de Campouriez, l’aura dans son obédience, no 410.

Traversac. — 959, manse; donateur: Hugues, no 109.

Montezig (dans la commune de), Séligues. — 932, vigne, achetée, pour 60 sous, à Austrin et à sa femme Guadburge, no 208.

Canton de Saint-Beauzély. — L’abbé Étienne donne à Isambert, prêtre, et à Audbert, lévite, en 948, la jouissance de l’église de Saint-Étienne de Guarzangas vel de Figairolos, moyennant la cession de vignes, à Trescanes, Cadinario et Francelia. Le tout est situé in ministerio Candadese ou Condadense. Si le ministerium est Candas, commune de Montjaux, Figairolos pourrait être Pégayrolles, lieu marqué sur la carte de Cassini, dans le territoire de la commune actuelle de Castelnau de Pégayrolles. L’église aurait disparu. Trescanes, Cadinario et Francelia paraissent des noms de quartiers, no 29.

Canton de Saint-Chély. — Saint-Chély (dans la commune de), Aubrac. — Dans les premières années du xiie siècle, Adalard, qui venait d’élever l’hôpital d’Aubrac, le lègue, ainsi que toutes ses dépendances, après sa mort, à l’abbé Boniface, /lxxxiij/ qui lui donne le manse de Malesagne, commune des Tomes (Cantal), pour y établir une sauveté en l’honneur de sainte Foi, no 498. n est probable que, incertain alors de l’avenir de sa fondation, Adalard avait eu la pensée de charger de l’hôpital d’Aubrac les moines de Conques, qui, par le don de Malesagne, lui fournissaient le moyen d’en augmenter les revenus. Plus tard sans doute, lorsque l’ordre des hospitaliers d’Aubrac fut établi, il fit avec Conques de nouvelles conventions, qui ne sont pas connues.

Canton de Sainte-Geneviève. — Prieurés au xvie siècle: Sainte-Foi de Lacalm et Saint-Étienne d’Orlhaguet.

Sainte-Geneviève (dans la commune de), Orlhaguet. — Donation, 1060-1065, de deux églises, l’une en l’honneur de saint Amans, l’autre en l’honneur de saint Étienne, par Géraud et Pons de Turlande, no 37. — Cette donation n’était qu’une vente déguisée, car un rôle des redevances attachées à la viguerie, qui suit, indique que Géraud de Turlande a reçu 100 sous du Puy, et sa femme 40, pour l’église de Saint-Amans. Rigaud de Turlande abandonne tout ce qui lui appartenait dans le fief dépendant de l’église, no 38. — A la même époque, Bernard de Mels et Rigaud, son frère, donnent un fief relevant de l’église, no 39.

Lacalm. — Le Livre des Miracles ed. Bouillet III, 11 rapporte la guérison miraculeuse d’un cheval appartenant à un homme d’armes du château de Murmonte, en Auvergne. La carte de Cassini indique, près d’Espinasse (Cantal), un Miermont dont les seigneurs, au xie et au xiie siècle, firent à l’abbaye des donations importantes. Rigaud de Miermont et Étienne, son frère, offrirent à Sainte-Foi quatre manses situés à Lacalm que la charte appelle Bella Calme. Géraud Aquilon y ajouta la viguerie; Stéphanie, femme de Rigaud del Belteiresco, abandonna une partie des droits qu’elle avait sur deux de ces manses, et plus tard Itier de Miermont fit présent du droit d’albergue, nos 553 et 554.

/lxxxiv/

Canton de Saint-Génies. — Pomayrols. — Église, donnée, sous Robert, par Hugues de Calmont et sa femme Foi, no 82.

Rouveret. — Mention de la donation, au xie siècle, d’une vigne par Didier de Rouveret

Canton de Saint-Rome de Tarn. — Prieuré: Saint-Rome de Tarn. Il n’est pas lait mention de ce prieuré dans le cartulaire.

Canton de Salles-Curan. — Alrance (dans la commune d’), Lacan. — Roland, sous le règne de Robert, donne une vigne à Canuas ou plutôt Cannas, situé, dit la charte no 214, ad sancta Maria ad Sarcelx. Ce doit être La Capelle Farcel, jadis sous l’invocation de Notre-Dame. Cannas serait alors Lacan. — Humbert et consorts, au xie siècle, donnent trois manses et deux apendaries à Lacan et une apendarie à Frayssinous, no 213.

Villefranche-de-Panat (dans la commune de), La Besse. — Raimond et sa femme Aldiarde donnent, de 1061 à 1065, l’église de La Besse sur l’Alrance, avec cinq manses, le cimetière, le bourg et divers droits. Guirfred et son frère Guagon y ajoutent la dîme, no 13.

Canton de Séverac-le-Château. — Séverac (dans la commune de), Bauton. — Bernard, comte d’Auvergne, donne, avant 876, la villa de Bauton, en se réservant l’usufruit sur lequel il paiera la dîme chaque année. Le domaine de Bauton, enclos de murs, paraît avoir traversé les siècles presque sans modification, → Corrections no 153. La charte dont il s’agit est datée ainsi: anno septimo régnante Karolo rege Francorum et Longobardorum. Dom Vaissète pense qu’il s’agit de Charles le Gros et fixe l’année à 883. Il remarque d’ailleurs que, d’après tous les autres documents, Carloman était à cette époque reconnu roi dans l’Aquitaine. Deux motifs me paraissent empêcher d’adopter la date de 883: 1º Bernard ne prend que le titre de comte; or, depuis 876, il était devenu marquis de Gothie; il se /lxxxv/ serait donc intitulé, en 883, comte et marquis; 2º un acte du 30 juillet 883, daté précisément du règne de Carloman, constate la présence de sainte Foi et de saint Vincent à Conques. La charte de Bernard, qui est du 21 juillet, n’en fait pas mention. Il en faudrait conclure que les reliques ont été apportées du 21 au 30 juillet 883. Or, on sait que la translation de sainte Foi a eu lieu au mois de janvier. Il y a là un fait difficile à expliquer.

La Panouse (dans la commune de), Tantayrou. — 955-985, deux manses; donateurs: Aldegarde et ses fils, no 228.

Canton de Villeneuve. — Villeneuve (dans la commune de), Lombregot. — Une femme du nom de Guarangarde se donne en garde, au xie siècle, à l’abbaye avec ce qu’elle possède à Loinbregot et à La Gayrie, no 194.

La Capelle-Balaguier. — 1032-1060, Avierne donne son fils Raymond à l’abbaye, avec la part d’héritage qui lui revient: un manse à Balaguier, un capmas à Ardenne, un manse à Raciono disparu, et un manse à Motigas, en Quercy, no 287. — Faut-il rapprocher de Raciono le manse de Oracione, donné, de 930 à 935, par Féraud et sa femme Ermengarde, no 115? Je n’ai pu trouver la situation de ce dernier.

Chartes communes à des localités situées dans divers cantons de l’Aveyron. — Le Livre des Miracles consacre un chapitre Ed. Bouillet I, 22 à Austrin de Conques et à Avierne, sa femme, qui méritent, d’après le cartulaire, d’être rangés parmi les plus généreux bienfaiteurs de l’abbaye. Sous le roi Robert, Austrin seul, par testament, donne l’église de Girmou, commune de Firmy, des manses à Palayret, commune de Saint-Cyprien, à Serniag, peut-être Senergues, à Impers, commune de Vénères, des propriétés, fiefs et droits, à Ruau, commune de Firmy, ou Roux, commune de Saint-Parthem, à Noux, commune d’Almont, à Centrès et au Bac, commune de Firmy, des commendes au Caylaret, commune de Saint-Christophe, à La Serre, commune de Saint- /lxxxvj/ Cyprien, à Bonimont, peut-être Calmont, et à Berçan, commune de Noailhac, à Licongas, à Sagnes, commune de Saint-Cyprien, à Rulhe, commune d’Auzits, à La Roquette, commune de Firmy, à Védeilles, commune de Saint-Cyprien, no 23. — Dans un autre testament, fait à la même époque, il y ajoute un aleu aux Cans, commune de Vénères, et un manse à Najas, commune d’Espalion, no 366. — Un troisième acte contient de plus la donation d’un manse à Saint-Juéry d’Authun, commune de Saint-Amans, et d’un cheval ferré, no 196. — Sous le règne d’Henri I, Austrin et sa femme Avierne donnent en outre le tiers de l’église de Roussi, commune d’Enguialès, la commende de Bouviala, commune de Saint-Cyprien, des manses à Vaurs, commune de Saint-Hippolyte, et à La Roque, commune de Firmy, un aleu à Almont, avec plusieurs autres propriétés et droits dans des localités qui paraissent avoir disparu, autour de Conques et sur les bords du Lot, no 32. — Dans une dernière pièce, Austrin se dit fils de Gaucelme, et renouvelant la cession de plusieurs des biens indiqués ci-dessus, donne en sus des cens, à Meillac, commune de Saint-Félix de Lunel, à Pomiès, commune de Senergues, à Espeyrac, à Pressouyres, commune de Conques, etc., no 131. — La fille d’Austrin, Pétronille, sous le règne de Philippe, abandonne sa part de l’église de Roussi, un aleu à Centrès, commune de Firmy, en demandant la sépulture à Conques, si elle meurt sur la rive gauche du Lot, no 33.

Frotard de Conques, qui devait être un parent d’Austrin, car il est nommé dans le testament de ce dernier, no 23, lègue, au xie siècle, des propriétés dans la plupart des endroits cités dans les chartes d’Austrin, et de plus à Salciono, qui peut être Le Salt, commune de Firmy. Il laisse à différents légataires Les Homs, commune de Saint-Christophe, et d’autres biens, no 290. — Le no 301 est un autre testament du même. — C’est sans doute sa femme qui fit la donation, relevée plus haut sous la rubrique de la commune de Galgan, no 451.

En donnant par testament l’église de Firmy, xie siècle, Hector /lxxxvij/ d’Auzitz rendit à l’abbaye toutes les commendes qu’il tenait d’elle à Bonimont, à Vialarels, commune de Firmy, à Ségonzac, commune de Nauviale, à Solville, commune de La Bastide-l’Évêque, à Cormouls, commune de Salles-la-Source, et y joignit un manse à Pruines, deux manses à Blauzac, commune de Clairvaux, et plusieurs qu’on ne retrouve pas, Ermainal entre autres, no 452. — Il faut rapprocher de ce testament la donation qu’avait faite le même Hector du manse d’Ermanialdo, dont il se réservait l’usufruit, sa vie durant, no 129.

Frotard de Cornus donne la villa des Enfruts, commune de La Couvertoirade, l’apendarie des Menudes, commune de Cornus, des maisons à Saint-Amans de Boisse, sur la Dourbie, près de Millau (cette église est encore indiquée sur la carte des districts publiée en 1790), no 399. La villa des Enfruts devait payer pour chaque cabane deux fromages. Cette région fournit aujourd’hui le laitage de brebis à la célèbre fabrication de Roquefort.

Torna su ↑

[Nota a pag. lxxij]

1. M. Bion de Marlavagne, ancien archiviste de l’Aveyron, m’a fourni des renseignement sur cette localité de Pris, aujourd’hui disparue. Torna al testo ↑